Archives de catégorie : Médias – Journaux

Ouest France – Saint-Lois. Un camping-car réaménagé pour du soutien scolaire rural

Pierre Partiot, enseignant de formation, va lancer son Professeur truck pour proposer du soutien scolaire dans tout le Saint-Lois. Un projet novateur, qui existe déjà dans le Virois.

Après le foodtruck, place au Professeur truck. L’idée ? Un camping-car réaménagé qui veut amener le soutien scolaire en milieu rural, dans tout le Saint-Lois.

Pierre Partiot n’est âgé que de 26 ans mais il a déjà roulé sa bosse. Originaire de Marseille, il est titulaire d’un Capes en mathématiques depuis 2016 et a déjà enseigné dans toutes les classes du collège et du lycée. Pourtant, dans le système éducatif conventionnel, quelque chose ne lui convenait plus : « J’avais envie de faire quelque chose de différent car, dans le contexte scolaire, il y a certaines choses que je ne pouvais pas mettre en place et pour lesquelles je n’avais pas le temps. »

Un Professeur truck déjà sur les routes à Vire

Porté par une envie d’évasion, il se met en quête d’un nouveau projet, à base de camping-car et de soutien scolaire. Fin 2020, bingo ! « Je suis tombé sur le projet d’Audrey Kistler, à Vire, explique-t-il, avec son concept de Professeur truck. » Grâce à une idée simple et lumineuse, cette dernière a réaménagé un camping-car en petite salle de classe avec tableau numérique et se déplace dans tout le Virois pour proposer du soutien scolaire. « Je me suis donc décidé à la rejoindre pour agrandir la marque Professeur truck et poursuivre le projet », abonde Pierre Partiot.

Un projet à 40 000 €

Pour l’heure, presque tout est sur les rails. Son camping-car est réservé, toutes les demandes pour le floquer et l’aménager sont faites. Ne reste plus qu’à attendre l’accord définitif de la banque concernant le prêt. « Tout compris, avec le matériel et la personnalisation, c’est un investissement de 40 000 € , détaille le jeune professeur. Une fois l’accord de la banque, obtenu, j’espère démarrer le plus rapidement possible, au mois de mai. »

Mais pourquoi venir ici, à Saint-Lô ? En grande partie « pour combler un manque. Je me suis rendu compte que, dans les zones rurales, il y a un vrai manque de soutien scolaire. À Saint-Lô, par exemple, si on regarde bien, il n’y a qu’un Acadomia (N.D.L.R., une enseigne nationale spécialisée dans le soutien scolaire) et pour en bénéficier, les gens doivent se déplacer. Avec Professeur truck, c’est moi qui viens à eux. »

Dans sa petite école roulante, Pierre Partiot pourra donner des cours de maths et aider des collégiens et des lycéens, mais pas que. « J’ai déjà un élève qui est en CM1. Je suis spécialisé en mathématiques, mais je peux m’adapter et donner des cours dans toutes les matières, sauf les langues, car c’est une autre approche. »

La pédagogie de l’erreur comme cheval de bataille

Pour ceux qui seraient tentés par l’expérience, bienveillance et droit de se tromper sont seuls maîtres à bord. Les erreurs ne sont pas condamnées, elles sont même encouragées. « À la base, j’ai écrit un mémoire sur la pédagogie de l’erreur, argue le professeur. Faire des erreurs permet aux élèves de comprendre ce qu’ils font au lieu d’apprendre bêtement. Je suis aussi très sensible aux questions de dyslexie ou de dyspraxie. Mais, dans une classe normale, quand on doit s’occuper de 35 élèves à la fois, c’est compliqué. »

« Avec le Covid, les élèves se sentent seuls »

Démarrer une nouvelle activité en pleine pandémie pourrait paraître dingue. Si le virus contraint, pour l’instant, Pierre Partiot à faire des cours « élève par élève » , le jeune homme de 26 ans est assez confiant dans le concept. « Avec le Covid, les élèves se sentent beaucoup plus seuls et donc moins accompagnés. Les parents n’ont pas toujours le temps de faire les cours à la maison. Et si les profs ne sont pas là, c’est bien d’avoir quelqu’un d’autre en ce moment. »

Contact. Tél. 07 77 88 65 29 ou sur la page Facebook Professeur Truck Saint-Lô.

Tendanceouest – Saint-Lô. Ce professeur propose des cours de soutien dans un camping-car

Originaire de Salon-de-Provence, Pierre Partiot a quitté les Bouches-du-Rhône pour venir travailler dans le Saint-Lois. Il se lance dans un concept qui a déjà fait ses preuves du côté de Vire (Calvados), imaginé par Audrey Kistler : le soutien et l’accompagnement scolaire en camping-car. Le jeune professeur de 26 ans a décidé d’aménager ce véhicule avec écran interactif, livres, imprimantes, outils de mesures…, afin de proposer des cours de soutien aux élèves du CP à la terminale, qui résident à 30 kilomètres autour de Saint-Lô. 

« J’avais envie de faire quelque chose qui me ressemble plus que devant une classe de 35 élèves. Ça permet de casser tous les blocages mentaux autour du cadre de l’école« ,


explique celui qui a exercé comme professeur de maths pendant quatre ans à Marseille.

Interview de Pierre Partiot

« Un projet porteur »

2 500 euros ont déjà été collectés sur la cagnotte en ligne lancée par l’enseignant pour financer un écran interactif de 55 pouces.

« C’est incroyable de sentir que c’est un projet porteur, et que les gens y participent« ,

se réjouit Pierre Partiot, qui compte débuter son activité d’ici trois semaines.

Contact : Pierre Partiot : 07 77 88 65 29 / pierre.partiot@professeur-truck.fr

La voix – actu.fr- Victime de son succès, un nouveau Professeur Truck débarque à Vire Normandie

À bord de son camping-car, le Professeur Truck vient en aide aux élèves avec des cours particuliers autour de Vire Normandie. Après Audrey Kistler, Pierre Partiot se lance.

Avec un emploi du temps surchargé et des élèves qu’elle ne veut pas laisser sur le bord de la route, Audrey Kistler songe à agrandir son entreprise itinérante. Sans même avoir le temps de faire passer des annonces pour son nouveau projet, elle reçoit un appel de l’autre bout de la France. Pierre Partiot, Marseillais, s’intéresse à son concept et décide de l’appeler pour davantage de renseignements : 

« Une conversation à la base pour en savoir plus sur ce concept qui me fascine. D’ailleurs, la seule que j’ai trouvée », se souvient-il.

Diplômé d’un Capes de mathématiques et d’un Master MEEF (métier de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) option mathématiques, le jeune professeur obtient de cet échange téléphonique l’opportunité de devenir son collaborateur.

« Cette idée de créer une classe en complément de la scolarité, de me rendre chez les gens m’intéressait dans le but de soutenir les élèves du CP à la terminale soit en difficulté soit de faire de l’approfondissement et même d’aider des enfants déscolarisés. »

Pierre Partiot confie être déjà en lien avec une association de dyspraxie, un trouble du développement moteur qui touche la planification, la réalisation, la coordination et l’automatisation des gestes volontaires.

Toujours selon le jeune professeur : « La présence de 35 élèves par classe ne permet pas un enseignement au cas par cas et je remarque un manque de soutien scolaire en milieu rural. » Le camping-car, est-ce la solution ? 

« Il permet de changer de cadre. Un cadre nouveau et là tout devient possible. Équipé d’un écran 55 pouces, les élèves accrochent. Cet outil permet à tous de s’adapter. »

Dans quelques jours, le deuxième Professeur Truck sillonnera les routes du bocage autour de Vire Normandie (Calvados) dans un rayon de 30-40 km.

« J’ai déjà un bon groupe d’élèves que j’accompagne chez eux avant l’arrivée de mon camion en préparation. Viser les élèves qui n’ont pas de soutien scolaire proche de chez eux est vraiment mon objectif avec un créneau d’une heure par cours, un bon créneau », conclut-il.

Les horaires des cours sont maintenus même en cette période de couvre-feu et cette prestation est déductible de 50 % des impôts. Professeur Truck se déplace du lundi au dimanche à partir de 8 h jusqu’à 21 h.
Renseignements tel 04 34 09 04 01.

Le Parisien – «Professeur Truck» : en Normandie, ces enseignants font cours… en camping-car !

Dans les environs de Saint-Lô (Manche) et Vire (Calvados), deux professeurs de mathématiques et de sciences parcourent les villages en camping-car. Ils y proposent du soutien scolaire qui rencontre un remarquable succès.

« J’ai quitté l’Éducation nationale pour proposer aux élèves un enseignement plus en phase avec mes convictions… » 

Pierre Partiot, 26 ans, est un professeur de mathématiques installé en Normandie. Après l’obtention de son Capes et quatre ans d’enseignement dans des collèges et lycées de Marseille, il vient de prendre une « dispo » de l’Education nationale avec un projet précis en tête : proposer du soutien scolaire sur mesure… dans son camping-car !

« J’adore vraiment enseigner. Or l’attention individuelle qu’on exige de nous dans l’Education nationale est impossible à mettre en œuvre dans une classe de trente-cinq élèves. J’ai donc eu envie de faire mon métier autrement et j’ai découvert qu’une collègue allait vers les élèves en camping-car, en Normandie, près de Vire (Calvados) pour leur proposer du soutien scolaire. »

Une initiative qu’elle a joliment baptisée « Professeur Truck ».

«Un cadre qui fait sauter bien des blocages»

« Rapidement, j’ai compris que c’est ce qu’il me fallait. Le camping-car offre d’incroyables avantages. C’est l’école qui va aux élèves, notamment en milieu rural. Ce n’est plus à l’élève, ni aux parents de se déplacer. Et surtout, le camping-car change complètement l’approche, souligne Pierre Partiot, qui exerce dans les environs de Saint-Lô (Manche). Tout à coup, ce n’est plus ce cadre terriblement rigide où il faut travailler et où l’erreur semble interdite. Et rien que ça, ça fait sauter de nombreux blocages. »

Ainsi, se réjouit l’enseignant,

« on avance ensemble, dans une approche bienveillante ». « Et ça marche. Cette semaine encore, j’ai un élève de CM1 dont la maman me disait qu’il ne voulait pas travailler. Aujourd’hui, il arrive en courant, dès qu’il voit le camping-car ! »

Et le succès est en effet au rendez-vous. « Je travaille six jours sur sept. Pour l’instant, je ne peux même plus prendre de nouveaux élèves. Mais on envisage déjà de créer une franchise et de développer cette approche ailleurs », explique Audrey Kistler, à l’origine de cette initiative. Les cours concernent des élèves du CP à la terminale, mais aussi des élèves déscolarisés. Le tarif est en moyenne de 40 euros de l’heure, dont une moitié est déductible des impôts, cet enseignement étant considéré comme « service à la personne ».